Eponge de ménage au crochet, lavables, zéro déchet et très simple

Je teste depuis plusieurs mois le ménage avec des éponges que j’ai fabriquées au crochet, en coton. Comme elles ont prouvé leur efficacité, voici comment elles sont faites, ces éponges les plus faciles au monde 🙂

 

Alors autant prévenir d’abord, mes éponges sont d’une simplicité totale ! Je n’ai pas besoin que mes éponges de ménage soient « mignonnes », mes éponges ne sont pas des objets décoratifs (WTF?), elles sont faites rapidement et sont très efficaces. Mes éponges ne sont pas « belles », ce ne sont pas des « tawashi », car mes éponges au crochet n’ont pas besoin d’un concept un peu sexy, non mes éponges sont faites maison et pratiques, c’est tout ce que j’attends d’elles. D’autant plus que les fils vendus pour faire des éponges qui gratouillent sont en polyester, pas très compatible avec le respect de la nature (polyester = sorte de plastique dérivé du pétrole, obtenu par un processus chimique).

Je les fabrique en coton Natura XL de DMC, je trouve mes pelotes à 7,30 € chez Zodio. A la base j’ai fabriqué de jolis sacs à main d’été et des dessous de plat, et avec les chutes de pelotes, je fais mes éponges de ménage. Pas de gâchis, tout est bon dans le coton 😀

Une éponge demande 10 à 15 grammes de fil. Avec une pelote, on peut donc faire 8 à 9 éponges lavables et durables.

Vous pouvez prendre n’importe quelle autre pelote de coton, si le fil est plus fin il suffit de crocheter 2 ou 3 fils à la fois pour obtenir une épaisseur suffisante.

 

Réalisation :

Base : Au crochet 6 mm, faire 11 mailles en l’air (10+1 pour tourner). Principe général : monter environ 10 rangs de mailles serrées piquées dans le brin avant seulement, ou jusqu’à ce que la taille vous plaise. Pour moi la taille « idéale » c’est 8 cm x 10 cm environ.

Rang 1 : 9 mailles serrées, en commençant par piquer la 1ère maille serrée dans la 9ème maille en l’air depuis le nœud coulant.

Rang 2 : faire une maille en l’air, tourner le travail, et commencer les mailles serrées dans le brin avant, en sautant la 1ère maille qui se présente. Faire ainsi 9 mailles serrées jusqu’au bout du rang.

En regardant l’ouvrage depuis la tranche, il est facile de voir le brin avant. En début de rang, sauter la 1ère maille et piquer le crochet à l’endroit indiqué par l’aiguille bleue.
En fin de rang, je pique la dernière maille serrée de haut en bas, dans le petit brin qui se présente horizontalement.
Autre illustration pour piquer la dernière maille serrée d’un rang : sous la petite boucle horizontale montrée en bleu. Cette méthode me donne une jolie bordure.

Rang 3 et suivants : 1 maille en l’air, tourner, piquer dans la 2ème maille du rang précédent et dans le brin avant seulement, faire 9 mailles serrées. Répéter…

 

Finitions / Dernier rang : après le dernier rang de mailles serrées, je fais tout le tour du rectangle en mailles coulées, c’est à dire sur les 4 côtés : je commence le premier côté comme un rang normal, puis au lieu de tourner en fin de rang, je continue à longer les bords. Lorsque je suis dans le sens de la hauteur, je pique une maille coulée par rang, dans le brin qui se présente le plus facilement.

Les mailles coulées tout autour : piquer dans le brin le plus aisé à attraper, tout simplement.

Les mailles coulées définissent une bordure non stretch, qui empêche toute déformation à l’usage ou au lavage.

Enfin, je coupe le fil en laissant 15 à 20 cm de long, ce qui me permet de nouer une boucle et de suspendre les éponges quand je les fais sécher.

Certaines éponges ont déjà bien servi, d’autres sont au lavage. J’ai testé différents points, différentes tailles, je partage ici ma préférence !

Variantes :

Les mailles serrées sont idéales d’après mes tests, mais vous pouvez aussi faire toute l’éponge en mailles coulées. Le résultat est plus plat et plus dense.

Retour sur leur utilisation :

Ces éponges font très bien la vaisselle, elles nettoient très bien les surfaces carrelées, l’inox, les plaques de cuisson vitro-céramique, le PVC, les surfaces peintes, la faïence… Je peux faire tous les détails avec. Je fais mon ménage avec principalement du savon noir et du vinaigre blanc, ce qui ne pose aucun problème avec le fil de coton.

Ménage fait, je glisse les éponges sales dans une machine de serviettes de bain puis je les fais sécher au soleil. Au fil des utilisations et du temps, les éponges n’ont pas bougé. Le fil prend un aspect « vieillit » bien sûr, et est devenu plus rêche en raison de la dureté de l’eau où j’habite.

Il faut un temps d’adaptation au ménage avec éponges de coton, il faut avoir envie et prêt à modifier ses habitudes, ne pas attendre la même chose qu’avec les éponges traditionnelles. Je trouve qu’elles nettoient super bien. Je ne dirai pas que leur utilisation est démentiellement pratique, car ce ne sont que des éponges et il n’y a aucun « miracle » dans ces éponges maison, par contre l’efficacité m’a archi-convaincue.

Ces éponges ne sentiront jamais mauvais, au contraire des éponges tradi qui prennent vite une mauvaise odeur.

Je vous recommande de les faire assez petites pour une bonne prise en main, j’ai testé plusieurs formats et le meilleur c’est le simple rectangle 8 x 10 cm. Plus grand est inutile selon moi.

Il me faut 10 minutes pour me fabriquer une éponge.

 

Si vous avez des questions sur la fabrication des éponges, veuillez utiliser les commentaires.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :